Les outils d’intelligence artificielle générative, menés par ChatGPT, trouvent des applications de plus en plus larges et accompagnent les collaborateurs dans un nombre croissant d’activités. Selon la dernière étude du BCG, cela se traduit par une réelle augmentation de la productivité.

58 pour cent Les participants à l'enquête BCG qui utilisent quotidiennement des solutions d'intelligence artificielle générative dans leur environnement de travail ont déclaré en tirer des bénéfices mesurables, notamment un gain de temps.

Les utilisateurs de GenAI gagnent en moyenne cinq heures supplémentaires par semaine. Grâce à cela, ils peuvent le consacrer à l'exécution de plus de tâches, de travaux stratégiques, de développement personnel, d'expériences supplémentaires avec GenAI, et parfois ils quittent simplement le bureau plus tôt.

– Nous entrons dans une nouvelle ère pour GenAI, où il s'agit moins d'optimisme et de curiosité que de confiance en soi et de réalisation de valeurs. La vulgarisation (GenAI – ndlr) s'est accrue et les gens commencent à en percevoir les bénéfices – a commenté Vinciane Beauchene, directrice générale et associée du BCG et co-auteure du rapport « AI at Work: Friend and Foe ».

Comme le souligne Beauchene, les entreprises commencent également à réaliser que tirer de la valeur de leurs investissements GenAI nécessitera de changer leur approche actuelle. La recherche d'une plus grande productivité comme objectif principal devrait céder la place à une approche plus « holistique et proactive ». Le temps gagné par les salariés doit être utilisé de la manière qui leur est la plus précieuse et leur procure du plaisir, et des efforts doivent être faits pour accroître leurs compétences et, par conséquent, transformer l'organisation et les modèles opérationnels.

L'étude a été menée par le BCG sous la forme d'une enquête auprès de 13 000 personnes. Mais les employés de bureau de 15 pays se sont également montrés de plus en plus préoccupés par le développement d’outils basés sur l’intelligence artificielle. 42 pour cent les personnes interrogées estiment que de ce fait, leur profession pourrait disparaître au cours de la prochaine décennie (6 points de pourcentage de plus qu'il y a un an, lorsque le BCG menait une enquête similaire). Il est important de noter que cette opinion est plus répandue parmi les utilisateurs qui utilisent régulièrement GenAI (49 % d’entre eux le pensent) que parmi les personnes qui n’utilisent pas GenAI (24 %).

Au total, jusqu'à 79 pour cent tous les répondants sont convaincus que l’intelligence artificielle et l’IA générative auront un impact significatif sur leur travail.

A lire également