La Chine essaie depuis de nombreuses années de créer ses propres processeurs capables de concurrencer Intel et AMD. Huawei développe actuellement un nouveau modèle avec une architecture différente.

Chine sont actuellement l'un des marchés les plus importants pour le développement de nouvelles technologies, ainsi qu'une base de production pour le monde entier. Malgré l'énorme économie et les importantes dépenses financières consacrées à la recherche, les Chinois ils n'ont pas de processeurs ni de systèmes d'exploitation propriétaires. Comme la Russie et la Corée du Nord, ils sont contraints d’utiliser des versions fortement modifiées de Linux, Android ou Windows. Il en va de même pour les circuits intégrés pour ordinateurs personnels.


Selon les dernières informations Huawei n'a pas arrêté de développer les systèmes de la famille Kirin dédiés aux ordinateurs. Après la première des systèmes peu réussis de la série 9000, qui différaient par leurs performances et leur efficacité énergétique des conceptions occidentales, de nouveaux systèmes dotés de noyaux d'architecture se profilent à l'horizon. Taishan.

Les nouveaux cœurs auraient une consommation d'énergie inférieure tout en surpassant les cœurs utilisant l'architecture Cortex-A510 standard d'ARM dans le système Kirin 9000..

L'initié revendique une architecture à venir Taishan V130 La société Huawei visera à concurrencer la puce M3 entreprises Pomme et sera basé sur le nœud de production 5 nm.

Si les rumeurs s'avèrent vraies, ce sera un grand pas en avant pour Huawei, qui se trouve dans une situation très défavorable en raison des sanctions imposées par les États-Unis.

A lire également